Les recherches montrent que le Pakistan est plus que prêt pour une augmentation significative des droits d’accises sur le tabac

Au Pakistan, un adulte sur cinq consomme régulièrement du tabac. Cela entraîne de graves conséquences pour la santé publique et l’économie du pays : un peu plus de 160 000 décès et une perte économique de 143 208 millions de roupies sont enregistrés chaque année en raison de maladies liées au tabac. Ces dernières années, le Pakistan a pris des mesures importantes pour protéger la population de la fumée de tabac, en la mettant en garde contre les dangers du tabac et en faisant respecter l’interdiction de la publicité pour le tabac. Toutefois, en ce qui concerne l’augmentation des taxes sur le tabac – l’intervention la plus efficace pour réduire la demande – le Pakistan est loin d’avoir atteint le niveau minimum fixé par l’Organisation mondiale de la santé. En outre, les consommateurs de tabac qui souhaitent arrêter de fumer ne bénéficient que de très peu de soutien.

Une enquête nationale a été menée auprès des fumeurs adultes entre septembre 2019 et mars 2020. Plus de 6000 fumeurs réguliers de 10 des villes les plus peuplées du Pakistan ont été interrogés sur leurs habitudes tabagiques et leur opinion sur les politiques de lutte contre le tabagisme. Les chercheurs ont également recueilli des paquets de cigarettes auprès des fumeurs et sur les marchés de recyclage du papier afin d’identifier les paquets portant les marques du commerce illicite.

L’enquête a révélé que les fumeurs étaient relativement jeunes, près d’un tiers d’entre eux ayant moins de 35 ans. En moyenne, un fumeur consommerait 13 cigarettes par jour et dépenserait un peu moins de 2000 roupies (10 % de son revenu) par mois. Deux tiers des fumeurs souhaitaient arrêter de fumer et plus d’un quart avaient fait une tentative d’arrêt au cours de l’année précédente. Seule une petite minorité a pu bénéficier d’un soutien pour arrêter de fumer. D’autre part, la grande majorité des fumeurs (>80 %) étaient favorables à une augmentation des taxes sur le tabac, à l’augmentation de l’âge légal pour la vente de tabac à 21 ans, à l’interdiction de fumer dans les voitures des mineurs et à une interdiction complète de fumer dans les 10 ans. Contrairement aux affirmations de l’industrie du tabac concernant les niveaux élevés de commerce illicite, l’enquête a révélé que seuls 16 % de l’ensemble des paquets de cigarettes étaient illicites.

Les résultats de l’enquête apportent un soutien supplémentaire aux efforts visant à augmenter les taxes sur le tabac au Pakistan, en les alignant sur les normes internationales minimales. D’autres études internationales suggèrent également que l’augmentation des taxes n’augmente pas le commerce illicite du tabac. L’enquête indique également qu’il est urgent d’offrir une aide à l’arrêt du tabac. La plupart des fumeurs sont prêts à arrêter de fumer et, avec un soutien approprié, beaucoup d’entre eux peuvent transformer leurs tentatives de sevrage en succès. L’enquête met également en évidence le soutien en faveur de l’extension des interdictions de fumer aux véhicules privés des mineurs et de l’augmentation de l’âge minimum pour la vente de cigarettes à 21 ans.

Catégories :

Étiquettes :

Aucune réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *