La France enquête sur l’opinion publique sur la légalisation du cannabis récréatif

  • Une enquête nationale imminente réalisée par un groupe de députés français se lançant pour mieux comprendre l’opinion publique sur la légalisation du cannabis récréatif
  • Mise en ligne sur le site Web de l’Assemblée nationale (Assemblée nationale) pendant un mois et sera composée de quatre ou cinq questions
  • Les résultats de l’enquête seront publiés en mars ou avril
  • La France a le plus grand nombre de consommateurs de cannabis enregistré en Europe – plus de 40% des 15-35 ans consomment (ou ont consommé) du cannabis
  • Le cannabis récréatif actuellement illégal, les personnes capturées peuvent faire face à de lourdes amendes ou à des peines de prison (selon la quantité et l’intention)
  • Le cannabis médical devrait également être discuté, décrivant les utilisations, les avantages et les risques sur la base de recherches et d’études antérieures.

La France est sur le point de lancer une enquête nationale pour tenter de mieux comprendre la perception du public de la légalisation du cannabis récréatif avant d’être débattue au parlement.

Mené par Robin Reda, député de l’Essonne, et son équipe, le sondage comprendra quatre ou cinq questions et devrait être mis en ligne sur le site Web de l’Assemblée nationale dans les prochaines semaines.

L’enquête serait disponible pendant un mois et les résultats seront publiés au plus tard en mars ou avril.

Parler avec AFP, Reda estime que « l’objectif est d’informer le débat autant que possible », ajoutant que « le succès de l’enquête dépendra du plus grand nombre de personnes possibles qui y participeront ».

Selon un rapport réalisé par l’Observatoire européen des drogues et des toxicomanies (OEDT) en 2015, la France comptait le plus grand nombre d’usagers de cannabis de toute l’Europe. Près de 41% de la population âgée de 15 à 35 ans avait consommé (ou consomme) du cannabis, battant le Danemark, l’Espagne et le Royaume-Uni.

Actuellement, la possession et l’usage récréatifs de cannabis en France sont illégaux et le sont depuis les années 1970. Les punitions sont strictes. Des amendes immédiates de 200 € sont infligées aux délits mineurs liés au cannabis, tandis que des amendes substantielles et / ou des peines de prison sont infligées dans les cas les plus graves.

Expansion possible de l’accès au cannabis médical?

Reda et son équipe devraient également présenter leurs découvertes sur l’utilisation du cannabis médical, ainsi que du CBD dérivé du chanvre, en février. Ces résultats seront basés sur des études et des recherches antérieures sur l’efficacité, les risques et les avantages des deux.

L’usage du cannabis médical est actuellement limité aux patients atteints de certaines conditions, bien que certaines mesures aient déjà été prises pour comprendre pleinement comment le cannabis médical peut bénéficier à la population.

Fin 2020, le gouvernement français a publié un décret signé par le ministre de la Solidarité et de la Santé, Oliver Véran, permettant la mise en œuvre d’un programme pilote de cannabis médical.

Environ 3 000 patients auront un accès gratuit au cannabis médical de qualité pharmaceutique sous forme non fumable sur une période de six mois. Le programme devait initialement commencer en mars 2020, mais en raison de problèmes liés au coronavirus, la date de début a été déplacée à 2021.

Cependant, tout le monde n’est pas éligible pour faire partie de ce programme. Seuls les patients atteints des maladies et affections suivantes peuvent participer:

  • Douleur neuropathique réfractaire
  • Douleur de spasticité liée à la sclérose en plaques (SEP)
  • Situations palliatives
  • Cancer et symptômes liés au traitement anticancéreux
  • Formes spécifiques d’épilepsie pharmacorésistante

Si le cannabis médical est entièrement légalisé, environ 300 000 à 1 million de patients potentiels pourraient être éligibles.

Catégories :